Vous êtes ici : Accueil > Forums > Machine à café

La Médaille Fields pour un Normalien - Page 2

Vendredi 25 Août 2006 00:20

par contr faut pas me causer des applications de la littérature, parce que je risque de m'embrouiller avec les littéraires, les philosophes, les politiques ...

Vendredi 25 Août 2006 10:09

Oui enfin ce n'est parce que tes recherches n'ont mené à rien que la recherche ne mène à rien. De plus tu cites le théorème de Fermat pour expliciter ta démonstration, sans vouloir te contredire, c'est vraiment une mauvaise pioche, car c'est un théorème très utilisé dans la vie de tous les jours, seulement il n'y pas d'étiquette indiquant, comme dans l'industrie, ce produit utilise pour fonctionner le ou les théorèmes de Fermat...

Ce qui me fait marrer c'est de dire, j'ai bossé pour l'industrie alors c'était utile en oubliant de mentionner que tu utilises des résultats ou des objets qui viennent de la recherche fondamentale.

Tu nous dis que peu de personnes sont capables de comprendre la démonstration de ce résultat et dans le même temps tu bosses pour sortir des produits dont, à mon avis, très peu de personnes comprennent le fonctionnement. Ce n'est pas un peu contradictoire ? Produire des médicaments c'est bien mais qui comprend ce qui se passe vraiment ?

Il se trouve que ce monsieur est le directeur de recherche d'un ami très proche et si toi tu ne vois pas bien les applications, je peux te dire que d'autres s'y intéressent de très près...

Vendredi 25 Août 2006 13:12

Le directeur de recherche d'un ami très proche à toi, tsavatanen, c'est Wendelin Werner, càd la Médaille Fields, ou l' Anglais qui a démontré le ou les théorèmes de Fermat ?

Vendredi 25 Août 2006 13:26

La Médaille Fields.

Samedi 09 Mai 2009 14:35

Citation de Nivôdjeu :
La Médaille Fields est l'équivalent du Prix Nobel pour les Mathématiques


Cette affirmation est erronée : si la Médaille Fields est effectivement un Prix très recherché en Mathématiques (car décernée tous les 4 ans à des mathématiciens de moins de 40 ans), le pendant du Nobel pour les mathématiciens, c'est-à-dire récompensant l'ensemble d'une oeuvre, est en fait le Prix Abel (du nom d'un des plus grands mathématiciens de tous les temps, décédé très jeune comme Evariste Galois).

Et cette année ce Prix Abel a été attribué à un Franco-Russe, Mikhaïl Gromov :


Extrait : Par Sandra Gerard publié le 27/03/2009 à 19h00 Mis à jour le 28 Mars 2009 à 11h03
Le Franco-Russe Mikhaïl Leonidovich Gromov a reçu le prix Abel, une récompense qui couronne les travaux novateurs d'un mathématicien. La réaction du directeur de l'Institut des hautes études scientifiques (IHES), Jean-Pierre Bourguignon.

Mikhaïl Gromov, qui fait de la recherche au sein de l'IHES, a reçu le prix Abel. Quel est votre sentiment?

Nous ressentons une grande fierté, c'est pour nous un honneur. Ce prix est extrêmement important, il a récompensé de grands noms. C'est aussi le plus doté dans le domaine des mathématiques (environ 685 000 euros, NDLR).

L'Institut reçoit un grand nombre de visiteurs venus du monde entier. Le fait que l'un de nos chercheurs ait une telle visibilité va nous apporter un grand coup de projecteur et une reconnaissance parmi les plus grands centres de recherche scientifique.

Comment décririez-vous Gromov?

C'est une question difficile! D'un point de vue scientifique, il fait preuve d'une créativité qui ne se dément pas. Il a pour habitude de penser différemment les questions les plus classiques. Alors que les autres scientifiques ont tendance à se focaliser uniquement sur certains aspects des objets, lui a su montrer qu'il fallait élargir le champ d'approche, utiliser d'autres outils de façon à résoudre les problèmes de façon différente. Si ces théories semblent des sauts de puce, elles constituent en réalité d'importantes avancées. Il nous l'a prouvé à maintes reprises et c'est ce qui est vraiment très étonnant. Ses travaux sont parfois difficiles à assimiler, même pour les autres chercheurs. Il nous donne du travail supplémentaire!

Sur le plan personnel, Mikhaïl Gromov est extrêmement exigeant dans ses relations avec les autres, il réclame de l'authenticité. Il souhaite tout comprendre et son insistance peut mettre mal à l'aise. Mais il est très attachant. Pour moi, c'est un soutien fantastique. Il est aussi quelqu'un de très discret. Il avait mis une photo de petit singe à la place de la sienne sur le site de l'IHES!

Quels sont les principaux travaux qu'il a menés?

Il s'est entre autres penché sur la géométrie dite "symplectique", basée non pas sur les longueurs mais sur les petites surfaces. Pendant longtemps, on a pensé que les objets n'étaient pas des entités compliquées. Gromov a jeté les bases d'une théorie plus complexe. Il a prouvé qu'il était impossible de déformer les objets les uns dans les autres. Autrement dit, on ne peut pas modifier deux objets différents pour qu'ils aient des propriétés similaires.

Il a également émis la théorie des groupes hyperboliques selon laquelle il faut concevoir les objets géométriquement. Elle permet de les appréhender différemment et de les classer de façon plus pertinente.

Ces dix dernières années, il a étudié la complexité des systèmes. Il a notamment écouté pendant des heures durant des biologistes qui lui ont expliqué les manipulations qu'ils faisaient, les types de données qu'ils obtenaient, leur façon de travailler, etc. Puis, à partir de ces éléments, il leur donnait des conseils sur la façon d'organiser leur données grâce aux mathématiques afin qu'elles livrent tout leur potentiel.

Qu'est-ce que ce prix peut apporter au monde des mathématiques françaises?

A mon avis, il peut en découler trois choses. Le commun des mortels a le sentiment que les mathématiques sont une science morte. Cette célébration invalide cette théorie. De plus, la normalisation touche de plus en plus le mode d'organisation des sciences: on essaie de mettre tout le monde dans le même moule, la diversité des besoins n'est pas perçue. Que quelqu'un, dont la création est désormais reconnue au niveau mondial, s'exprime sur la question et parle de cette aberration est une bonne chose. Il sera peut-être écouté. Enfin, l'attribution de cette récompense à un Français prouve que les mathématiques sont un domaine dans lequel la France est encore active. J'espère que l'on aura un peu plus de réceptivité quand on demandera des soutiens.
Message modifié 1 fois, dernière modification Samedi 09 Mai 2009 14:43 par Nivôdjeu

Jeudi 19 Août 2010 12:47

Parmi les 4 nouveaux lauréats de la Médaille Fields, attribuée à des mathématiciens de moins de 40 ans, deux Français.

Encore des succès pour l' école française !

Émoticône

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/08/19/deux-francais-recoivent-la-medaille-fields_1400472_3224.html
Message modifié 1 fois, dernière modification Jeudi 19 Août 2010 12:48 par Nivôdjeu

Jeudi 19 Août 2010 13:08

Désolé si je joue au rabat-joie, mais je me demande si ces travaux pourront un jour être réellement "utiles". Je veux dire par là appliqués à la physique.
Au nom du Pèze, du Fisc et du Saint Profit, ramène.

Jeudi 19 Août 2010 13:29

Lis le sujet en entier, nous y avions évoqué l'importance de la recherche fondamentale Clin d'oeil

Jeudi 19 Août 2010 20:03

Pour revenir à Fermat, ok il a été démontré, mais est-ce que ça empêchait de s'en servir avant ? Émoticône

Ma prof de maths d'il y a 2 ans nous répétait sans cesse que les maths sont simplement des outils utilisés par les physiciens. Je pense qu'actuellement, les outils ont bien un siècle d'avance sur ceux qui les utilisent, et que les retombées au quotidien que ça aura (s'il y en a un), ne nous toucheront que dans une bonne centaine d'années aussi...

L'utilité des maths est indéniable, mais poussées à ce point-là, il est normal d'avoir des doutes non ?
(ceci dit, ce n'est pas comme les OGM, ça ne peut faire de mal à personne, à part aux méninges des chercheurs Émoticône)
Au nom du Pèze, du Fisc et du Saint Profit, ramène.

Jeudi 19 Août 2010 20:07

Citation de tomcr58 :
Pour revenir à Fermat, ok il a été démontré, mais est-ce que ça empêchait de s'en servir avant ? Émoticône

Ma prof de maths d'il y a 2 ans nous répétait sans cesse que les maths sont simplement des outils utilisés par les physiciens. Je pense qu'actuellement, les outils ont bien un siècle d'avance sur ceux qui les utilisent, et que les retombées au quotidien que ça aura (s'il y en a un), ne nous toucheront que dans une bonne centaine d'années aussi...

L'utilité des maths est indéniable, mais poussées à ce point-là, il est normal d'avoir des doutes non ?
(ceci dit, ce n'est pas comme les OGM, ça ne peut faire de mal à personne, à part aux méninges des chercheurs Émoticône)


Je penses que tu parles de qqchose que tu ne connais pas, quand tu auras un niveau un peu plus important, disons L3 au minimum tu auras un avis un peu plus éclairé.

Jeudi 19 Août 2010 20:17

Je passe en 3e année d'école d'ingénieur, et a priori je viens d'en terminer avec les maths pures et dures (il ne reste que les stats & probas au programme), donc je ne suis pas un matheux 'éclairé', mais un peu plus qu'un bachelier tout de même... Content
Pour le théorème de Fermat, ma prof de spé maths avait expliqué ça en Term, elle avait dit qu'il était indémontrable pour un mathématicien 'normalement constitué'.
Message modifié 1 fois, dernière modification Jeudi 19 Août 2010 20:17 par tomcr58
Au nom du Pèze, du Fisc et du Saint Profit, ramène.

Jeudi 19 Août 2010 20:25

Citation de tomcr58 :
Je passe en 3e année d'école d'ingénieur, et a priori je viens d'en terminer avec les maths pures et dures (il ne reste que les stats & probas au programme), donc je ne suis pas un matheux 'éclairé', mais un peu plus qu'un bachelier tout de même... Content
Pour le théorème de Fermat, ma prof de spé maths avait expliqué ça en Term, elle avait dit qu'il était indémontrable pour un mathématicien 'normalement constitué'.


Si j'en crois ton age tu as fait une prépa intégré donc un niveau au mieux MP en math. M^me avec un niveau MP*, je penses que tu ne serais pas définir une intégrale de Riemann et donc encore moins un intégrale de Lebesgue. Tu as du voir les intégrales de fonction continue par morceau

Au niveau bac +2, le niveau est encore léger. Bac +3 L3 Mathématiques on commence à entrevoir la puissance des concepts et leurs application plutôt en M1-M2

Je peux te dire qu'en prépa le niveau n'est pas exceptionnel (on ne fait pas que des maths d'ailleurs)

Jeudi 19 Août 2010 20:30

Toujours est-il que tomcr58 doit avoir assimilé l'orthographe et la conjugaison lors de ses études. Il n'y a rien d'exceptionnel à maîtriser correctement les bases de la langue française, mais il a au moins le mérite de le faire! Émoticône

Jeudi 19 Août 2010 20:36

Je me suis arrêté aux séries de Riemann, pas d'intégrales je crois.

La seule chose qu'on apprend en maths, c'est les formules qu'on réutilisera probablement dans la vie active (matrices, etc...)
Au nom du Pèze, du Fisc et du Saint Profit, ramène.

Jeudi 19 Août 2010 21:03

J'ai toujours été relativement bluffée par les gens qui maîtrisent si bien les maths. C'était une matière si abstraite pour moi; ça me dépassait complètement!!!

Jeudi 19 Août 2010 21:22

Jusqu'en 1ere année, pour moi c'était en quelque sorte logique, une sorte de mécanique du raisonnement. Mais soit à cause des 2 profs de cette année, soit à cause du changement de direction de la matière, ce qu'on a fait cette m'a nettement moins plu... (je suis passé de 18 de moyenne en début de première année à 7 en fin de 2e année, rattrapage à la clé... Émoticône)

Perso j'admire plus la créativité, le sens artistique, que les gens qui maîtrisent les maths, peut-être parce que je manque cruellement ce ces 2 premières qualités Clin d'oeil
Message modifié 1 fois, dernière modification Jeudi 19 Août 2010 21:30 par tomcr58
Au nom du Pèze, du Fisc et du Saint Profit, ramène.

Jeudi 19 Août 2010 21:24

En fait, je ne pense pas qu'on "avait le droit" d' utiliser Fermat avant de l'avoir démontré. On voyait que ça marchait pour tous les nombres connus (avec pour limite la puissance de calcul de l'ordinateur).

Maintenant on peut, dans une autre démonstration, utiliser au passage ce résultat.

Enfin je pense quand même que la recherche fondamentale est très importante, et il faut des chercheurs de haut niveau théorique; après, il y a d' autres chercheurs, moins "pointus", ou des ingénieurs, dont le travail est de creuser les applications concrètes.

On dit que les français n'ont pas de pétrole, mais qu'ils ont des idées. Les Américains, eux, savent à merveille exploiter ces trouvailles pour en faire des applications commerciales ou militaires Content.

Vendredi 20 Août 2010 00:33

Citation de tomcr58 :
Perso j'admire plus la créativité, le sens artistique, que les gens qui maîtrisent les maths, peut-être parce que je manque cruellement ce ces 2 premières qualités Clin d'oeil

Moi je les mettrais sur le même plan, je trouve qu'il y a quelque chose d'artistique dans les maths, notamment dans l'abstraction, qui rejoint l'art abstrait.
Hardbat France, pour le développement du hardbat en France http://www.hardbat-france.fr

Lundi 06 Décembre 2010 15:07

Citation de tomcr58 :
Fermat, ok il a été démontré, mais est-ce que ça empêchait de s'en servir avant ?

Les applications les plus importantes d'un théorème mathématiques sont généralement celles des outils qu'il a fallu développer pour le démontrer. Le théorème de Fermat est un bon exemple. Les outils conçus pour le démontrer ont eu un impact énorme sur la théorie des nombres. Les tests de primalité, la cryptologie et donc la sécurité des réseaux informatiques, clé d'un secteur d'activité en pleine expansion représentant plusieurs milliards de dollars et des dizaines de milliers d'emplois dans le monde.

Citation de marcassin :
C'est quand même un beau monde d'allumés, les maths. Et les applications dans la vie courantes sont très peu nombreuses. C'est nous qui finançont les recherches. (...) les applications du théorème de Fermat, je demande à voir (...) j'ai fait de la recherche fondamentale à un petit niveau, j'ai eu l'impression de produire du vide

C'est normal. Le citoyen lambda peut difficilement voir les applications de la recherche fondamentale. Une application est une nouvelle pièce de puzzle parmi des milliers d'autres qui forment une technologie, une machine, une procédure de production. Derrière les objets de notre quotidien, il y a environ 5 millions de brevets dont le citoyen lambda ne soupçonne pas l'existence. Il est encore moins familiarisé, si c'est possible, avec la genèse de ces découvertes.

Mardi 07 Décembre 2010 17:51

Les médias ont beaucoup parlé aujourd'hui du rapport PISA sur les connaissances des élèves de 15 ans dans les pays de l'OCDE. Les petits Français auraient bien regressé en maths depuis 2000.

Bof en maths. La France n’est décidément plus ce qu’elle était côté maths. En 2000, lors de la première enquête Pisa, l’Hexagone pouvait se flatter d’être au dessus du lot. Au vu des performances des élèves, mesurées en 2009, il faut s’y résoudre, le niveau est désormais juste moyen. La France fait ainsi cause commune avec la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie ou le Royaume-Uni encore, devancée par les mêmes qu’en lecture, ainsi que l’Islande, le Danemark ou la Slovénie. La France partait pourtant de haut : les performances en maths de ses élèves de 15 ans la faisaient se classer au dessus de la moyenne. En six ans, entre 2003 et 2009, son score a baissé de six points. Et là encore, la proportion d’élèves les plus mauvais au augmenté (16,6 % en 2003?; 22,5 % en 2009)

Sciences, ça baisse. L’élève France s’avère tout aussi moyen en culture scientifique. Trois pays surclassent largement les autres dans ce domaine : la Finlande, encore et toujours, la Chine de Shangai et celle de Hong Kong. Sept des 33 pays de l’OCDE ont surtout réussi entre 2006 et 2009 a rehausser le niveau, comme la Turquie, le Portugal, Litalie, les Etats Unis ou la Pologne.

( le parisien.fr )
0
1
44 messages

Vous êtes ici : Accueil > Forums > Machine à café