Stats FFTT 04/05 : -2102 licences soit -1,2%

Publié par Nivôdjeu • 08/08/05 12:37 • Mis à jour le 08/08/05 12:57 • 7 438 vues • 128 commentaires

Le nombre total de licences pour la saison est de 178621, contre 180723 la saison précédente.

Ces licences se répartissent en 123849 licences traditionnelles (-2168 soit -1,7%) et 54772 licences promotionnelles (+66 soit +0,1%).

Après avoir atteint son maximum dans la saison 2001/2002 (186265 licences), la FFTT avait perdu 5571 licences en 2002/2003, été stable en 2003/2004 en gagnant 29 licences, et perd à nouveau 2102 licences cette saison, pour retrouver le niveau de 1999/2000.

Ce sont bien les compétiteurs qui sont en baisse, pour quelles raisons ?

A noter également la poursuite de la baisse du nombre d'associations (4073 en 04/05 soit -91).

Vous pouvez retrouver ces statistiques ainsi que bien d'autres sur le site fédéral.

Voir aussi : http://www.fftt.com/stats/fr_stats.htm

A propos de l'auteur :
Aucun renseignement disponible pour cet auteur.

Tous les commentaires (128) Inverser l'ordre des commentaires

Faut communiquer sur les juniors champions d'Europe!
la baisse des associations peut aussi s'expliquer par la fondatien d'entente. pour ce qui est des compêtiteurs il me semble qu'on a jusqu'à septembre pours'inscrire
En tout cas je connais déjà un compêtiteur qui n'est pas encoreréinscrit mais qui rique de le faire, donc 1licencede +
guillaume1 : on parle des stats de la saison 04/05 Clin d'oeil
arf pardon
La cause pour moi est dûe au changement sans cesse des règles du jeu et de la refonte des compétitions. Ceci est mon avis.
Les règles du jeu ont changé pour toutes les fédérations : il serait intéressant de savoir si cette baisse se retrouve dans les autres pays.
Moi je pense que la cause vient de la colle et du matériel que l'on est obligé d'acheter ( beaucoup de revêtements). Impossible de jouer à armes égales si on ne colle pas.Outre le fait qu'il faut une bonne dose de motivation pour s'astreindre à ces collages, il faut également parler du coût de revient d'une saison ( énorme si on compte tout! ).
Tant que le joueur progresse et qu'il est donc motivé , pas de problème pour faire les efforts. Par contre, dès que les résultats ne suivent plus et que la motivation baisse un peu, la tentation est grande de tout plaquer.
D'accord avec Bible, il faut communiquer sur les exploits de nos jeunes pongistes.
Il faut également que les clubs se fassent connaître dans leur ville.
Cette année nous allons mettre des pancartes chez de nombreux commerçants pour annoncer les matchs. On espère que cela fera venir des curieux et pourquoi pas de futurs licenciés.
Oui cela est peut etre possible que le changement perpétuel de régles peut entrainer une baisse des licenciés, a l'epoque des nouveaux services j'ai failli arreter le ping car sa me gonflait de plus cacher mes services!! On peut aussi penser que le peux de resultats de nos seniors à l'heure actuelle est une cause de la baisse des licenciés!!
Saison 2001 - 2002 : 186 265 licences
Saison 2004 - 2005 : 178 621 licences

Déficit de 4,10383056398142 %

Perte de 7 644 licences .. en à peine 3 ans ! Quelle claque !


Concernant les associations, les ententes se font de plus en plus pour regrouper le plus de joueurs ...
Une des explications c'est l'absence d'une locomotive, l'absence d"un joueur ayant des résultats au niveau internationnal mais il me semble que cette baisse de licenciés n'est pas un phénoméme qui se limite au tennis de table !
Les règles de comptage ont aussi changé pour le tennis et le volley-ball. Dans ma suggestion de communication, j'avais oublié de mentionner les quatre médailles européennes de Pierre Bezard. Ces quatre podiums pour un seul et même athlète sont trop rares pour qu'on "n'investisse" pas dessus en direction d'un jeune publique.
public.
  • Greg
  • Il y a 12 an(s)
Il faudrait faire un sondage auprès des joueurs qui ne reprennent pas de licences pour avoir les raisons de cette chute!
Ce dommage tout ca.

Le ping n'arrete pas de perdre des licenciés pourquoi ?

Il y a 10 ans il y avait pratiquement 1 club par commune , aujourd'hui ils ont disparus .

le cout du ping devient faramineux tous le monde n'est pas en N.

Les rencontres en soirée malheureusement sont un handicap aujourd'hui .Les compétitions finissent trop tard.

Nous sommes à l'ere de la com tout azimut et la fo bien dire que le Ping reste dans son coin et tourne en circuit fermé .

J'aimerais connaitre le budjets communication de chaque comité et qui les gèrent.Car fo bien dire ke ce n'est pas en faisant un nouveau siege que l'on va augmenter la promotion du Ping.

Mais bien en adaptant les motens de com d'aujourd'hui au plus proche du terrain que l'on amenera les jeunes o Ping.

Un des plus petits club de France est champion en PRO A et ca com 24H sur 24 et de facon intelligente donc c'est bien là la recette communiquons.

Et puis une regle simple produirait deja son effet que chaque club engage en championnat jeunes par equipes une equipe de minimes de cadets et de juniors au minimum et la on verra un boom des licenciés .

Trop de club petits et moyens vivent sur un fonctionnement des années 80 et c'est dommage.

Bon c'est une facon de voir qui est la mienne , peut etre qu'elle ne conviendra pas a tout le monde mais au moins elle ouvrira un debat positif j'espere .

A+
Euh il y a 36000 communes en France. Au plus il y a eu dans le passé un peu moins de 4800 clubs donc un club pour 7 communes Clin d'oeil
Il faudrait relativiser cette baisse : 1°) par rapport aux autres sports; 2°) par rapport aux fédérations de tennis de table des autres pays.
Il serait aussi instructif de savoir si ceux qui ne renouvellent pas leurs licences, se licencient après dans d'autres sports (sportifs nomades) ou tournent carrément définitivement le dos au sport. Le premier cas remettrait moins en question la qualité du ping qui leur était proposé alors qu'on aurait à se poser davantage de questions qui pourraient faire mal dans le second cas.
eh oui tout le problème est là . Malheureusement tres peu de pongistes qui arretent se tournent vers d'otres sports. La competition c'est finie .

Les causes sont multiples : la principale deception de ne plus progresser et de ce fait plus d'envie.

L'age d'arret est vers 15 16 ans se sont des jeunes qui n'ont connus que le ping kom sport po facile de s'orienter vers un otre.

L'otre cause est le scolaire qui devient de plus en plus lourd pour les jeunes , la pression est sur eux , donc ce le sport en l'occurence le ping qui trinque. Car pour etre un bon pingman to day fo engranger les heures d'entrainements po facile tout ca pour 80% des pingmans.
Oula oula, pingtt, vu la situation que tu décris et qui est difficilement contestable, je trouve, tous comptes faits, que la perte de licenciés que la FFTT subit bon an mal reste plutôt marginale. Cela ne veut pas dire qu'il faut s'en féliciter en se disant que cela aurait pu être pire mais qu'il faut garder la tête assez froide et claire pour essayer de trouver des remèdes à cette glissade, fussent des remèdes homéopathiques.
  • Greg
  • Il y a 12 an(s)
Ya-t-il des statistiques sur l'âge de ceux qui ne reprennent plus de licences?
Il doit y en avoir pour l'usage interne de la Fédé, mais elles ne sont pas communiquées (ou alors dans un bulletin fédéral, il faudrait les "éplucher"Clin d'oeil.
Bible, c'est quand même se bercer doucement d'illusions que de croire qu'un titre en junior va faire le JT de 20 heures.

Pour ce que l'on peut voir dans les stats, c'est que le problème se concentre chez les jeunes (dans un département mature comme les hauts de seine (92), 35 % de jeunes en moins ).

En revanche, on ne sait pas si c'est parce qu'il y a moins d'arrivées ou si c'est le renouvellement qui baisse. Dans le premier cas, c'est sans doute un problème de 'com', dans le 2ème cas, c'est un problème d'offre et c'est un échec patent de notre fédération.
"L'otre cause est le scolaire qui devient de plus en plus lourd pour les jeunes , la pression est sur eux , donc ce le sport en l'occurence le ping qui trinque."

C'est une blague ? Il faut remonter a loin avant de trouver une periode ou la pression est aussi faible.
Chgirard, la com' ce n'est pas seulement être invité à la table de Claire Chazal! Ni maintenant (elle est en vacances) ni un peu plus tard. La com' à laquelle je pensais, ça peut-être en septembre de profiter des matinées réservées aux scolaires pour leur expliquer que le ping ce n'est pas qu'une activité pour s'amuser mais que c'est aussi un vrai sport et que si on l' aime bien et qu'on trouve du plaisir à s'entraîner beaucoup et sérieusement on peut être amené, comme Pierre Bezard et les juniors, à faire comme les grands qu'on voit à la télé, c'est-à-dire à prendre l'avion pour aller essayer de gagner des médailles qu'on sera ensuite heureux et fier de montrer à ses parents et à ses copains et copines s'ils vous posent des questions à votre retour. Bon, ça fait longtemps que j'ai quitté l'enfance mais je n'ai pas oublié pour autant combien le rêve, l'imagination sont actifs à cet âge où l'on joue encore un peu aux cow-boys et aux indiens et où si l'on est cow-boy on est sûr de battre les indiens et si l'on est indien, on est sûr de battre les cow-boys.
...ça peut être ...
  • flox
  • Il y a 12 an(s)
quelques remarques d'un joueur ordinaire qui joue dans un petit club de campagne (niveau R1 quand meme!):
-je pense que la raison principale est le manque d'attrait pour les jeunes,
ils viennent un an ou deux et puis s'en vont (au foot, ou ailleurs) dans un sport ou l'elite est moins privilegié. (je ne dis pas qu'il ne faille pas rassembler l'elite).Comment accrocher un jeune joueur si il ne fait que quelques competitions par an?. les jeunes ont soif de matches, et il ne faut surtout pas l'oublier.
-l'ambiance dans le club est egalement un facteur preponderant (d'ou l'importance d'avoir un president a la hauteur).il faut surtout creer un groupe et reussir à associer les parents des jeunes joueurs.
-c'est vrai qu'il manque actuellement un leader francais pour redonner une dynamique.Par contre, avoir de bons jeunes cadets et juniors, c'est tres bien pour preparer l'avenir (et peut etre avoir un leader!), mais ça n'interesse pas grand monde.
J'ai commencé le ping en M2 puis la compèt en C2.
Maintenant ça fait 8 ans que je joue et ce n'est que depuis 2 ans que je m'intéresse au haut niveau, à notre élite.
Je ne pense pas que le fait d'avoir un super leader international soit le principal facteur pour faire augmenter le nombre de licenses chez les jeunes.
  • jpg2
  • Il y a 12 an(s)
Il faut que la FFTT se penche sérieusement sur ces chiffres. En aucun cas, il ne faut minimiser cette baisse. On assiste en effet depuis quelques années à un retournement de tendance (la courbe s'est inversée).
Il va falloir réfléchir au plus haut niveau.
Quelques pistes :
- le niveau des formations des entraîneurs (jusqu'à 35 TK) est très limite. En gros, les formés se forment pendant 3 jours puis ensuite reviennent dans leurs clubs respectifs pensant qu'il vont pouvoir entraîner. Or on sait tous que ce n'est pas si facile que cela. Combien de personnes (après avoir suivi une formation d'entraîneur) sont capables d'animer une séance d'entraînement et d'intéresser des jeunes puis de les faire progresser (un petit peu) dans un département ?
Dans mon département, le morbihan, j'en compte 6 ou 7 (et encore).
ma solution : Il faudrait que chaque comité suive les clubs qui ont des entraîneurs bénévoles en instaurant une formation continue des entraîneurs. Par exemple : 1 samedi tous les 6 mois. Chacun pourrait ainsi exprimer ses difficultés et on pourrait ainsi trouver des solutions pour qu'il soit meilleurs dans la pratique.

D'autre part, le nombre de licenciés d'un club (si il dépend souvent de la qualité de son entraîneur), il dépénd toujours de la qualité de ses dirigeants (en gros 1 ou 2 dirigeants / club).
Or être un bon dirigeant, cela ne s'improvise pas. Savoir dynamiser un club, fédérer les membres autour d'un projet, motiver les séniors afin que ceux-ci encadrent les plus jeunes, etc... : tout cela relève d'un savoir faire, d'un savoir être. Or soit ce savoir soit on l' a (inné chez certaines personnes) soit on ne l'a pas. A ce moment là, il faut former les dirigeants : Ecole de formation des cadres.
Et pourtant si, redge, du moins à court terme! As-tu oublié l'effet Gatien post Barcelone? N'as-tu pas entendu parler, plus près de nous, de l'effet Manaudou ou de celui des escrimeurs. Bien sûr, de tels effets ne s'inscrivent pas toujours dans la durée. L'envie, surtout l'envie des jeunes populations, est une chose qui demande à être constamment "provoquée". Si les Fédérations ne le savent pas, ce dont je doute, elles sont "obligées" de le constater après chaque campagne triomphale et plus obligées encore d'en mesurer le contre-coup quand, à une telle campagne, ne succède pas rapidement une autre campagne de même rang.
D'accord avec ce que tu dis jpg2 sur la nécessaire formation des cadres.
D'autant que le président de club a de plus en plus de responsabilités, doit gérer son association (un petit peu) avec les compétences d'un chef d'entreprise, et que les vocations sont en baisse.
De la formation et de l'information, c'est à ces deux mamelles que devrait se nourrir notre ping pour recouvrer des forces, grandir et atteindre à la taille respectable qu'on souhaiterait qu'il ait.
  • almo
  • Il y a 12 an(s)
ma petite contribution pour tenter d'expliquer la baisse :
1: Modification incessantes des règles
2: Disparité des regles. Les règles sont différentes suivant le niveau (proA et B), nationale, régionale et en dessous. peu de pongistes le savent alors les journalistes encore moins (regle de brulage, nb joueurs par équipes, retour au matches aller-retour pour les proA et B, laissant les autres en 2 phases , et a nouveaux en aller-retour a plus bas niveau)
3: Les manches en 11 points !!!! (cela a beaucoup fait pour amener la télé !!!)
4: L'argent, les moindre petit numéroté réclame qqchose pour joué, les joueurs sont des mercenaires. Pour la fierté du président et du bureau, l'attrait du club sur les joueurs mais aussi pour la reconnaissance auprès des autorités tant politique que pongistiques il vaut mieux investir dans les joueurs numéroté deja formé qu'avoir une ecole de formation
et bien d'autre choses encore
almo, je ne pense pas que ton intention était d'écarter les numérotés mais si ceux-là, qui ont d'abord été des joueurs qui ont dû se former pour arrivaient là où ils en sont, étaient snobés par tous les clubs, où iraient-ils? Ne devraient-ils alors arrêter le ping? D'un moyen d'éradiquer selon toi la baisse du nombre des licenciés, on en ferait une des causes de cette même baisse!
...pour arriver là...
Almo, les règles différentes selon les niveaux ne jouent pas à mon avis, les journalistes ne s'intéressent pas aux niveaux régionaux, ni même à la N1 sauf peut-être quand Sébastien Jover commente une épreuve et qu'il parle de son équipe. Qui est au courant des compétitions de tennis par équipes en France, ou même des compétitions nationales individuelles ? Pas moi en tout cas. Tout cela pour dire que ce n'est pas en harmonisant les règlements pour que les départementales soient valorisées que les journalistes vont s'intéresser au tennis de table. Pour ce qui est des joueurs numérotés qui demandent de l'argent, je pense que s'ils n'en demandaient pas ce serait alors encore plus facile de préférer les faire venir à la formation, non ?
  • jo33
  • Il y a 12 an(s)
Comme indiqué dans le post, le site de la fédé propose d'autres stats très intéressantes. Je vous conseille l' "évolution des licenciés par sexe et par catégories par rapport à la saison 2003/2004.
On constate que les "tout-petits" progressent, ce qui prouve que les jeunes essayent le ping.
Malheureusement, pour toutes les autres catégories, les effectifs sont en chute libre, ce qui prouve qu'on arrive pas à les retenir.
Une exception de taille : les vétérans. Avec une progression de près de 2000 licencié(e)s (soit 5%), ils permettent d'éviter une chute plus rude !
Qu'en conclure ?
Peut-être qu'au moins, le ping, ça conserve ...
Peut-être que la formule avec les sets en 11 sont plus favorables pour les vétérans. Le tennis de table était un sport de camping, maintenant ça va être un sport de vieux ! Content
En cela, Smart, le ping rend ... envieux tous les autres sports qui cherchent, eux aussi, leur élixir de jeunesse!
Bible, tu ne peux pas mettre le titre de Gatien sur le même plan que celui des jeunes. En dehors du foot, je pense que tu es incapable ( tout comme moi ) de donner un seul champion junior ou cadet dans une discipline SAUF si celui ci est en train de faire qq chose en sénior (comme Gasquet ou qq athlètes à l'occasion des championnats d'athlétisme en ce moment ). De plus, jusqu'à la rupture récente, la France a eu de bon et de moins bon résultats, cela n'a pas empêché la progression régulière du nombre de licenciés.
jo33
dans l'absolu, tu as raison, mais une catégorie qui représente 4 % du total n'est pas ' stratégique '. D'ailleurs, on voit bien que plus on monte en âge, plus il y a de licenciés ( jusqu'à 11 % pour les juniors ) et plus les chutes sont fortes. Cela s'explique par le faible transfert chaque année d'une catégorie d'âge sur l'autre. On en a l'illustration inverse avec les vétérans qui bénéficient du transfert des séniors qui sont pour l'instant encore plus nombreux et suffisent à faire progresser les vétérans, pour l'instant...Si l'on se projette un peu dans l'avenir, le temps que la baisse de 20 à 30 % des cadets-juniors se transmettent et l'on se stabilisera ( peut être ) sur 140000 licenciés. Et c'est seulement après que l'on pourra voir un petit rebond si la progression des poussin/minimes se confirment.
J'aurais plutôt tendance à suivre le raisonnement de flox.
Actuellement, le club le plus modeste, dès qu'il a 10 jeunes va créer une catégorie 'élite' et ... dégouter ceux qui n'y sont pas, qui ne seront pas accompagné par leur coach dans les quelques compétitions individuelles et rares compétitions par équipes. Ils peuvent aussi faire un trait sur les équipes adultes.
Je me dis qu'avec l'élitisme larvé actuel, je n'aurais sans doute pas continué le ping dans ma jeunesse.
Bah, Chgirard, tu as sans doute raison et moins tort, et tort principalement parce que je me suis laissé convaincre que si un paquet de gamines rêvaient de se lancer dans la chanson, c'était plus pour faire comme "leur" Lorie que comme "notre" Lara.
...et moi tort...
Je pense que la désaffection pour les pratiques sportives est générale, et qu’il n’y a pas à s’inquiéter spécifiquement pour le tennis de table. Dans tous les pays développés, à commencer par les Etats-Unis, une fraction croissante de la population jeune consacre de plus en plus de temps à l’ordinateur, au jeu sur console et à la télévision. La pratique sportive requiert du temps – il faut donc réorienter les « priorités » – et nécessite des déplacements, ce dont on peut se dispenser avec les loisirs « modernes ». Il est d’ailleurs remarquable que les catégories les plus touchées par la baisse sont celles des 10-15 ans. J’essaierai d’étayer cette impression avec des données du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative. Si j’ai le temps…
Je ne demande qu'à te croire, Dragibus, mais le ' c'est pire ailleurs ' me console que très moyennement.
  • jo33
  • Il y a 12 an(s)
Chgirard, tes réflexions sur les catégories d'âge me paraissent pleines de bons sens. Néanmoins, les vétérans ne représentent pas 4% du total mais 22% (voir site FFTT) ce qui, même si ce n'est pas "stratégique" est quand même loin d'être négligeable !
Quasiment 40000 licenciés dans cette catégorie, c'est autant que le total des licenciés de la saison 68-69 (je commençais le ping à cette époque, j'étais "poussin"Clin d'oeil. Epoque à laquelle les fédérations affinitaires étaient beaucoup plus puissantes (je pense à l'UFOLEP) et où la Fédération Française a commencé à prendre le dessus et bénéficié de "transferts" de licence, ce qui explique en partie la progression importante de l'époque.
Un très bon sujet qui fait parler, avec des commentaires très intelligents, c'est une mine d'infos pour des présidents comme moi.....
Mon avis est que nous arrivons à faire entrer des jeunes ou - jeunes dans nos associations, mais que l'entourage de notre sport (Pub, vêtements, identifications, résultats au JO, titres, médiatisation...) est à la hauteur de ce que la Fédé arrive à faire autour de notre sport.
Je connais des Associations qui présentent des stats de progression régulières et contraire à celle de la fédé.
Un public que nous travaillons mal, ce sont les loisirs, quand on sait que 30 % des vacanciers en camping prennent au moins une fois une raquette en main durant leur congès estival...on a du boulot.
Ne soyons pas trop pessimistes....et restons tous motivés pour notre discipline
  • jpg2
  • Il y a 12 an(s)
Effectivement, et on est tous d'accord sur ce point :
nous arrivons à avoir des jeunes dans nos salles. Les jeunes (de 9 à 12 ans) sont nombreux le mercredi après midi mais n'ont pas le niveau pour jouer en compet.
Mais
si il n'y a pas un entraîneur compétent qui les fait progresser (ne serait ce qu'un petit peu), ceux-ci arrêtent au bout de 2 ans. Et le turn over est incéssant. Résultat : en junior, on se retrouve avec 2 joueurs sur les 5 dernières années qui ont réussi à continuer (souvent dû d'ailleurs à la présence du père au sein du club).

J'ajouterai que l'on perd également beaucoup de juniors.
17-18 ans : période de démotivation où le jeune est souvent plus motivé à "kékéter" qu'à jouer au ping. En outre, les grandes vacances sont terribles. Si le jeune ne vient pas à la salle de mi juin à septembre, vous n'êtes jamais sûr qu'il reparte pour une saison supplémentaire.
  • flox
  • Il y a 12 an(s)
un gros probleme rencontré dans les clubs, et qui fait fuir des joueurs, est le passage de la categorie junior (17 ans) a la categorie senior. je pense qu'une categorie espoir serait la bienvenue.
cela n' explique pas la baisse des effectifs d'une année sur l'autre, mais pourrait amener un petit attrait pour les " encore jeune".
pour rebooster tout ca il faudrait comme pendant les Jo en 92 un francais qui fasse parler de lui mais pour l'instant il n'y a plus grand monde et pas de releve. gatien avait perdu en final et le nombre de licenciés avait considérablement augmenté
0,5 joueur perdu / club!
Ou un département de 2102 joueurs Clin d'oeil
Ou, grosso modo, dix clubs comme la 4S Tours dans ses meilleures années!
sniffff!! l'équivalent d'une ptite ligue qui disparaît !!

commentaire de la fédé !!!
Bah, le prob est de savoir comment obliger à boire quelqu'un qui n'a plus (pas) soif!
Je suis totalement favorable à l'arrivée d'une catégorie espoirs. Arrivé à 17 ans, si on est pas au moins 45, l'entrée en senior est vraiment démoralisante parce qu'il va être encore plus dur de progresser car les clubs sont moins attentifs à la progression
Parce qu'en jouant sur une division où il y a des 45, on peut encore tomber sur des vieux gars avec des picots d'après guerre qui vous coupent complétement l'envie de jouer.
Autre chose, dans le Nord Pas de Calais, les matchs de Régionale 3 à Départementale 4 ont lieu le dimanche matin tandis que de Nationale à Régionale 2 c'est le samedi.
A choisir, la plupart des jeunes préfère jouer le samedi après-midi et il y en a beaucoup qui veulent pas se lever le dimanche matin.
45 à 17 ans, on ne peut pas dire que tu places la barre très haut, pragmos! Je parie qu'avec un tel classement à cet âge, les joueurs se retrouvent plus dans l'obligation d'avoir à s'organiser par eux-mêmes dans la plupart des clubs qu'ils ne continuent à bénéficier d'une réelle attention. En-dehors bien entendu d'une ou de deux séances maxi d'entraînement dirigé. On peut le déplorer mais, en disant cela, je ne dois pas être très loin de ce qui se fait, s'observe ou dont on entend dire, communément.
...plus souvent dans l'obligation...
...ou de ce dont on...
En Lorraine nous progressons....
jo33, je me suis relu, mais quand je parlais d'une catégorie de 4 % c'était bien des tout petits dont je parlais, désolé si je n'ai pas été clair.
Je partage à 100 % votre vision, Leo591 et jpq2 ! Je pense effectivement que notre sport souffre d'un élitisme larvé. A force de se focaliser sur les classements, on oublie que 30 % des joueurs ne sont pas classés et on fait comme si c'était une maladie honteuse, alors forcément, ils ne restent pas. Et de toute façon, que leur propose-t-on, des compétitions ? des entrainements (on devrait plutôt dire des animations)adaptés ? Je suis persuadé que dans dans beaucoup de clubs, un 'loisir' qui vient s'inscrire n'intéresse pas grand monde, voire embète. Cela concerne aussi bien les adultes que les jeunes trop âgés.

Une idée comme cela, mettre en place une compétition individuelle ou par équipe réservée au licence promotionnelle.
  • jo33
  • Il y a 12 an(s)
Chgirard, quand je parlais des "tout-petits", je pensais aux poussins et benjamins (ces 2 catégories progressent) qui représentent ensemble 17% des pongistes (des 2 sexes). Tes 4% correspondent uniquement aux poussins de sexe masculin par rapport à l'ensemble des pongistes du même sexe. Je pense qu'il est important de ne pas oublier les filles dont personne ne parle dans ce post !!! Peut-être est de ce côté là qu'il faudrait travailler car la marge de progression est ENORME.
Qui est ce "on" si coupable, Chgirard?
On pourra toujours aligner des chiffres, des courbes, des graphiques,on pourra toujours réglementer ou légiférer, ce sont les hommes qui, in fine, feront que la "bête" sera ou ne sera pas vivante et ouverte!
  • jpg2
  • Il y a 12 an(s)
"... Je suis persuadé que dans dans beaucoup de clubs, un 'loisir' qui vient s'inscrire n'intéresse pas grand monde, voire embète. Cela concerne aussi bien les adultes que les jeunes trop âgés...." Chgirard

Qui n'a pas connu cette situation dans son club, lève la main !

Chez nous, cela arrive souvent malheureusement...
L'accueil déjà! C'est important l'accueil! Oui mais à qui revient ce rôle? D'abord, est-ce l'affaire de tous ou de quelqu'un nommément désigné? Si c'est l'affaire de quelqu'un, comment imaginer que cette personne puisse être toujours présente au moment M? Une association c'est des va-et-vient continuels, ou presque. Comment ne pas louper quelque chose dans ces conditions. Même avec la meilleure volonté du monde. Et puis y a la fatigue, la lassitude qui, même ponctuelle, peut faire qu'on ne soit pas à la hauteur à un moment donné. Bien compliqué que tout ça. Bien plus en cas que la théorisation des solutions!
Bien plus en tout cas ...
Je suis étonné que beaucoup de commentaires (en particulier celui de Chgirard) considèrent qu'en ping plus qu'ailleurs, on met trop l'accent sur l'élite, et que ça pourrait être la cause de cette baisse. "Naïvement" je dirais que dans chaque sport on est fasciné par les champions et on met l'accent sur eux : que penser de la "déification" de l'équipe de France de football de 1998-2000 ? D'un côté on dit qu'il nous faudrait des "locomotives" du type Gatien, et de l'autre que l'on fait trop pour l'élite et pas assez pour le licencié moyen. Je pense quant à moi que le temps de chacun est compté, que les sollicitations se font de plus en plus nombreuses (sportives ou non, et de toute façon il y a de + en + de sports), donc il va falloir "se battre", "séduire" les licenciés potentiels par des formules nouvelles, attractives. Sinon ils arbitreront l'emploi de leur temps en faveur d'autre chose.
En tout cas je pense que la Fédé, elle, doit s'occuper du haut et du très haut niveau. Prendre soin du licencié de base, c'est davantage l' affaire des Ligues, des Comités, et surtout des clubs, même si on peut réfléchir à une action au niveau national.
c'est normal c'est un sport qui n'est presque pas médiatisé donc les gens ne sauraient pas s'interressé à des sports qu'on ne voit jamais à la télé ...
Rien n’est plus difficile que de garder un nouveau licencié. Il suffit parfois de pas grand chose pour observer des variations importantes. Par exemple, il y a 3 ans, notre club a changé de salle, 800 m entre les deux salles résultat –20% de licenciés ne concernant quasiment que les jeunes. Aujourd’hui, nous avons retrouvé notre niveau de licenciés grâce notamment à une politique en faveur des « loisirs ». Mais, il s’agit d’une population plus difficile à fidéliser. Du fait qu’ils ne fassent pas de compétition (et ils ne veulent surtout pas en faire à quelques exceptions près), ils sont moins ancrés dans la vie du club. De plus, nous sommes encore plus confrontés à l’adhérent consommateur d’un service. Une formule donne accès à la salle pendant toute l’année, y compris les vacances scolaires, le dimanche de 9h00 à 12h00 pour 40 €. Toute l’année sauf pour organiser 4 tours du critérium fédéral. On entend des « c’est encore fermé, Y en a marre ».
Pour les jeunes, c’est différent car certains s’inscrivent mais ne sont pas du tout fait pour le ping et malgré leurs efforts et ceux de l’entraîneur, ils ne progressent pas au même rythme que leurs charmants camarades qui ne veulent plus jouer avec les « nuls » et abandonnent le ping inéluctablement. Je pense que ce phénomène se retrouve dans d’autres sports. Et je tiens à préciser que notre club n’a pas du tout une démarche élitiste.
J'suis d'accord avec toi, Nivôdjeu! Je trouve que, même partant d'un sentiment qui se veut de défendre les intérêts bien sentis du ping, user de l'expression "élitisme larvée" s'assimile trop à désigner des coupables qui n'en peuvent mais. Elitisme, je sais ce que c'est. Larvée aussi. Elitisme larvée me semble impropre en ce qui semble renvoyer à favoritisme. A la limite, je comprendrais mieux qu'on dise seulement élitisme. Surtout que ce mot se suffit à lui-même pour nourrir des débats. Et comme tu dis, Nivôdjeu, on ne peut vouloir une nation sportive de pointe et ne point vouloir qu'elle s'occupe de ceux à même de lui permettre d'y parvenir. Bah, le tout est peut-être dans le dosage et c'est sûrement ce que veut dire Chgirard.
y a un peu de ça, Bible, le dosage, mais surtout, j'use de cette expression pour décrire un phénomène dont personne en particulier n'est coupable : il n'y a pas de 'on' à accuser !
C'est surtout un ressenti qui s'est accru dans le temps autant du fait de 'l'air du temps' ( comme dit nivodjeu, faut pas être naif ) que de phénomènes plus propres au ping : importance du classement, développement des entrainements encadrés dans le moindre club. Tout cela oriente les esprits à juger les gens selon leur niveau.
Pour schématiser un peu abusivement, quand tu arrives dans un club, on te demande ton classement avant tout. On trouve pas mal d'autres sujets dans ce forum que l'on peut rattacher à ce problème : " les plus forts jouent ils avec vous ?", "les dirigeants se focalisent trop sur les équipes première ", "les mercenaires" et tous les sujets qui parlent de payer des joueurs. Mais bon, je suis d'accord qu'une fois cela dit, on n'est pas plus avancé pour trouver des solutions ;=)
Je pense qu'il n'y a pas qu'une raison malheureusement :

Tout d'abord beaucoup de gens arrêtent,et cela vient selon moi de l'importance et de la fréquence de changements de règles, d'un manque important de communication du haut de la pyramide mais également des durée de match des championnats très long à des niveaux régional ou départemental (4h + les trajets) et des coûts d'incription pour les critérium sont dans certaines régions très chères.

D'autre part il y a moins de nouveau joueurs : et là c'est un manque de comunication auprès des jeunes ainsi qu'un handicap réel : il faut une taille minimum pour jouer au ping donc un enfant de 5 ans ne peut pas jouer au ping alors qu'il tape dans un balon depuis bien longtemps et ça on ne peu rien y faire.

Enfin pour les associations, une possible explication concernent les règles en matière de mutation, lorsque l'on se fait piller son équipe 1 et que l'on a le droit à un pauvre renfort par équipe je vous promet que les résultats pour le club sont catastrophiques
sans parler d'un championnat par équipe qui s'arrête quasiment 4 mois; à quand des poules plus nombreuses ?!
  • jpg2
  • Il y a 12 an(s)
Je ne pense pas que les changements de règle ont une répercussion significative sur le nombre de licenciés.
Je suis d'accord par contre avec le fait que les ligues et les comités doivent être les éléments moteurs en ce qui concerne la licencialisation de masse. Mais cette volonté et cette politique doit venir de la fédé.
Mais bon, la fédé est accaparée avec le haut niveau (à quand le nouveau philou ? 2025 ?) et c'est tout à fait normal.
Contrairement à toi Chgirard, je trouve très bien que des entraînements encadrés se développent dans les clubs.
Je pense quand même que nous avons un problème de formation d'entraîneur. Je parlais plus haut du 35 TK, j'aurais du ajouter le BE1.
En effet, beaucoup de pongistes ayant obtenu le BE1 sont incapables d'entraîner et d'animer une séance avec un groupe de jeunes.
J'en ai vu des BE1 (sous contrat EJ) dans un club sur 2 - 3ans :
résultat : pas un jeune de plus en compet ...
J'suis d'accord avec toi, jpg2 : un "simple" diplôme ne suffit pas pour faire d'un individu un pédagogue. Sans la passion, celui-ci a tous les risques de n'être qu'un tâcheron! Plus que le salaire, c'est la flamme qui donne du sens, de la qualité, qui différencie un entraîneur d'un autre. Cela ne se contractualise pas, hélàs. Tous les techniciens pensent faire de leur mieux et c'est souvent vrai mais le mieux n'y suffit pas. C'est comme un apostolat, il faut s'y impliquer corps et âme. On peut comprendre que tout le monde n'y soit pas près. C'est parfaitement compréhensible mais c'est là, à mon avis, que se trouve en partie certaines réponses aux questions que nous nous posons.
C'est parfaitement admissible ... , que se trouvent en partie ...
  • jpg2
  • Il y a 12 an(s)
J'suis d'accord avec toi, Bible sur cette question de la formation des formateurs : pour résumer il faut être passionner.
Sur l'accueil des nouveaux arrivants, tu as raison : il s'agit d'un effort de tous les instants et c'est vrai que c'est fatiguant (surtout si c'est uniquement 1 ou 2 personnes qui font que le club existe et se développe).
Concernant, la formation des BE1, elle pourrait être amélioré.
Pourquoi ne pas envisager un stage de 10 mois (septembre à juin) au sein d'un club. Cela permettrait de juger le formateur sur le terrain. En plus, lui-même pourrait s'améliorer en demandant des conseils à ces profs durant l'année.
A ce sujet, il existe déjà la formule de l'apprentissage.
Les meilleurs entraîneurs sont ceux qui ne sont pas assujettis au diktat de la montre! Utopie? Fadaises?
tt d'abord coucou bible j'espre que tu va bien car on te voit peu en ce moment et félicitation a ton fils. je crois en effet que si à uneépoque devenir éducateur était histoire de passion il devient mintenant surtout une premeire experience ou un moyen d'insertion.les jeunes passent leur BE car il leur faut un boulot.et tant mieux si le sport leur permet de s'inserer, mais du coup certain n'ont pas la fibre de l'entrainement et ca se ressent ds le gymnase.Et de plus en plus on est plus entraineur toutes sa vie,on en fais pas carriere ou tres peu,c souvent un tremplin vers des postes nationaux ou vers la jeunesse et sport.
quand a la baisse de licence nous ona augmenter cette année de 10% environ ..........
Bonjour coach37! Je n'ai pas encore, à travers ta prose, trouvé qui tu étais mais peut importe! Quand tu dis "nous", tu parles d'un club, du 37 ou du Centre?
Quant au fait, coach37, qu'on me voit peu, l'explication en est toute simple: rendu au point où j'en étais rendu de ma "tumultueuse" existence de pongiste, j'ai fini par comprendre que si je ne me faisais pas un peu désirer, qui désirait encore me désirer ... un peu! Non, je blague, là!
Peut-être qu'en te faisant désirer tu te faisais des idées.
bien sur que c un club du centre,meme du 37 quand a mon identité je te fais confiance our deviner tres rapidement avec toi ca megotte pasRire MDR
jpq2, j'ai jamais dit que l'augmentation des entrainements dirigés était une mauvaise chose, mais que cela a pour conséquence d'exclure un peu plus les non compétiteurs, du fait de leur niveau ou de leur envie de la vie du club. Et si, en plus, ces "exclus" estiment que l'on ne joue pas assez avec eux durant les séances libres ( ce qui n'est pas contradictoire avec le fait que les "bons", de leur côté, estiment qu'ils jouent suffisamment avec eux ), il est normal qu'ils partent. C'est juste un constat. Je ne sais pas quel % cela représente, mais je ne serai pas étonné d'apprendre qu'elle diminue.
As-tu une idée, Smart, pour se défaire pour de vrai de l'idée fausse de s'en faire sans s'en faire?
... peu (pour peut importe); ... désirerait (pour désirait)!
Pour compléter mon « impression » (cf. supra), étant en vacances, je me suis trouvé le temps de fouiner un peu dans les données du ministère. Ce n’est pas très concluant, ou du moins, il me faudrait éplucher des tas de tableaux pour en déduire une tendance. Néanmoins, il me semble qu’il faut avant tout se poser la question : les chiffres faisant état d’une baisse pour la FFTT sont-ils significatifs et définissent-ils une tendance ?
Illustration : de 2000 à 2002, les sports olympiques ont vu leurs licences (et assimilées) augmenter (+2,3%), MAIS la fédé de basket est passée de 437190 à 426751 (-2,4%), la fédé de football de 2150442 à 2066339 (-3,9%), la fédé de ski de 182974 à 152448 (-16,7%), la fédé de cyclisme de 103166 à 98642 (-4,4%). D’autres fédés étaient en forte croissance (natation, hand, badminton…).
Parallèlement, les fédés de sports non olympiques voyaient leurs effectifs augmenter, mais le sport universitaire et – surtout – le sport à l’école étaient en baisse. (Tiens, tiens...).
Cependant, le foot repassait à 2141239 en 2003 (+ 3,6%), le ski à 157762 (+ 3,4%). Bon, d’accord, le ski est un peu particulier… (pas d’offense, hein ?).

Bref, il me semble qu’il faudrait analyser les tendances sur plusieurs années pour voir si cela est significatif et aussi considérer l’évolution de la pratique sportive avec l’arrivée de nouvelles disciplines.

Là où notre sport est vraiment en retard (cf message de jo33), c’est sur la licenciation féminine : plus de 30 voire 40 % pour le tennis, l’athlétisme, le badminton – nos cousins –, le hand, le volley, et nous végétons à moins de 20%.

Peut-être est-ce là la clef du développement de notre activité ?
Tiens, il serait intéressant de savoir le pourcentage de filles qui ont été membres de T2T.com et qui ne le sont plus. Histoire de voir s'il y a quelque chose à y puiser pour tenter d'expliquer, par extrapolation, la baisse de la licenciation féminine.
Question filles, les stats sont éloquentes ( à voir pour les autres sports quand même ), plus de 30 % de féminines chez les poussins et benjamins, 22 en minimes, moins de 15 en cadet et ça continue à baisser avec l'âge pour tomber à 10 % en vétéran.

Manifestement, elles ont beau vivre et rester plus actifs que les hommes, mais ce n'est pas pour taper sur une petite balle...
dragibus, une analyse inter sport est certainement riche d'informations, mais existe t il des sports dont l'évolution est comparable à celle du ping ? elle peut se résumer en deux périodes : croissance ININTERROMPUE de 1963-64 à 2001-02, puis trois années de non croissance d'affilée.
Inutile de rappeler que l'année charnière est celle qui a connu l'instauration des 11 points ( ouais, bon, OK, je le rappelle quand même, en fait ).
Chgirard, peut-être que c'est la même chose pour l'essor des sports et la progression des athlètes: à un moment donné, on observe une stagnation (pic d'évolution) puis un reflux plus ou moins important (qui n'avance, recule)? Je parle là, bien entendu, des sports et des athlètes qui se donnent toujours à fond pour atteindre à l'excellence. Bon, je reconnais que c'est un peu simpliste de voir les choses comme ça. Reste qu'on ferait aussi, selon moi, preuve d'un optimisme excessif en croyant que tout est toujours possible. Comme c'est dans la comparaison avec soi-même ainsi qu'avec les autres qu'on voit le chemin parcouru et celui restant à faire, il arrive forcément un moment où, si ça ne devient pas encore impossible d'aller plus loin, ça devient si compliqué que les résultats sont les mêmes. Oui, il ne me parait pas déplacé de réfléchir sur cette notion de pic de progression et de voir si cela peut expliquer en partie la variation de l'évolution de la licenciation.
Oui, bible, c'est tout à fait envisageable, c'est d'ailleurs pour cela que je pose la question à Dragibus (on sait jamais...). Et puis, de toute façon, on ne saura jamais ce qui ce serait passé sans la mise en place des 11 points. Mais une fois que l'on a dit cela et pris toutes les précautions d'usage, à la question ' quelle est la raison la plus problable de cette baisse des licenciés ? ' je n'hésite pas longtemps entre l'explication structurelle lourde ( les 11 points ) et l'explication conjoncturelle légère. La réponse définitive dans quelques années ou bientôt si l'on revient aux 21 points.
Eh bien c'est plein de commentaires sur ce sujet oh combien fédérateur

Que fo t'il en retenir : tout le monde à son avis , réaliste en plus et toutes les causes sont citées.

Mais voilà , si nous pongistes de bases constatons tous la meme chose
comment cela ce fait il que nos commentaires ne soient pas pris en compte ?

Car vous comme moi ce n'est pas d'aujourd'hui que nous soulevons le problème.

Petite question .

A force de se positionner par rapport aux otres sports et de s'en contenter ne croyez vous pas que l'on oublie l'essentiel ?

Est ce que les otres sports passent leur temps a se préocuper du PING ? Non je ne pense pas ils avancent.

Comme c'est si bien dit dans un commentaire " qui n'avance pas recule "

Je dirais plus qui n'ose pas recule.

Comme il est prouvé que de toute facon c'est entre 15 et 17 ans que les jeunes pingman se dispersent il est facile tous les ans de faire campagne promotionnelle du ping des la fin aout sur les scolaires de 6 à 12 ans de sa commune. Ne rien faire durant la semaine de la rentrée car les parents ont d'otres chats à fouetter avec les achats rentrée et tout ce ki est demander .

Mais des le weekend suivant et celui d'apres faire 2 portes ouvertes le Samedi toute la journée de découverte du PING avec gouter le sacré oh combien koka et puis des petits cadeaux du type pochette poster etc...

Et se fixer annuellement quelques soit la taille du club 15 nouveaux gamins sans importance de jeu , ne pas chercher celui ki a ou pas la fibre pongiste s'il l'a tant mieux mais le but c'est ammene le plus de gamin vers le ping a 6 7 ans il n'ont pas encore choisi de sport et souvent en font plusieurs et puis important l'ecole de ping de 14H à 16h le mercredi et samedi eh oui le samedi !

Pour la com n'oublier pas 2 distributions de pub en boites aux lettres pour vos portes ouvertes vous savez aujourd'hui ce ke vous avez dans vos boites o lettres coyez vous que les pros de la com les rempliraient si il n'y avait pas de retour gagnants ?

C'est 15% de retour assuré si vous savez bien presenter votre feuille de pub 21.29.7

C'est une idée sans plus deja experimenté qui a permi a 80 gamins qui n'avaient jamais entendu parler de PING de leurs vie et qui tenait une raaquette kom une poele au debut et qui sont 3ans et demi apres 40 encore a le pratiquer .


donc c'est positif et cela fait 40 licencies en plus !
pour ceux qui est de l'augmentation des promos rien de plus simple,la plupart des assocs(avec professionnel souvents) travaillent dans les ecoles et licencie a tour de bras,apres les emplois ficitifs les licences fictives...car ces jeunes la pratique deja un autre sport ou pas interesse par le ping
quand aux tradi,l'augmentation de disciplines sportives,le manque d'exposition mediatiques mais avant tout un manque flagrant de resultats dans les grandes compet,J O et championnats du monde,le reste ne compte pas pour le grand publics(les non pongistes) donc les medias n'en font aucun echos,
la fede pourras faire tt ce qu'elle veut seul les resultats,donc un peu de medias pourras faire augmenter les licences....et pas les juniors!!!
Bah, cpopi, si les résultats des cadets et juniors ne font pas gagner de licences, peut-être peuvent-ils contribuer à faire qu'on en perde moins? A condition de leur donner vie, d'en parler, de les mettre en valeur, de dire combien il est aussi difficile de décrocher des podiums aux CEJ qu'aux Europe des grands. Le hic c'est qu'en parler à la rentrée est un peu tard, le soufflet est retombé. Et en parler aussitôt les médailles acquises, c'est en parler devant un auditoire inexistant puisque c'est le moment où tout le monde lézarde sur les plages, crapahute à la montagne ou, encore, joue aux fermiers dans nos vertes campagnes. Pas simple donc de mener une campagne comme il se devrait.
Pour ce qui est de licencier les scolaires, c'est pour moi -à bien y regarder- pas si abusif que ça. Surtout si ces scolaires viennent avec régularité s'initier à la découverte puis à la pratique et, enfin, à la pratique avec entrain du ping. Maintenant, cette licenciation s'explique peut-être pour des problêmes d'assurance.
  • yves
  • Il y a 12 an(s)
pour relancer l'activiter il faut que les clubs se sentent soutenus par la fédé; et surtout par la ligue et les comités;ce chiffre est alarmant car le nombre de licenciés et généralement gonflés alors en vérité: combien sont il à pratiquer le ping.
cette licencention s'explique pour presenter des chiffres exellents devant les communes et lorsque l'on presente un projet ddjs,conseil general
en tt cas pour les communes le nerf de la guerre c'est les licences alors on gonfle et les subventions restent....
Oui mais ces chiffres reflétent quand même une certaine réalité: il y a bien une prise en charge par l'entraîneur du club de ces scolaires quand ils viennent à la salle.
c'est vrai,cela justifie le salaire de l'entraineur,c'est simplement la logique de l'augmentation des licences promo qui se traduit la
et tant mieux pour les salariés
d'ailleurs sans vouloir se leurrer sur les licences totales l'objectif serait plus le maintient de nos licences que l'augmentation,la concurence associative est feroce,et les pratiques plus "fun" moins encadrés plaisent bcp aux jeunes publics
  • yves
  • Il y a 12 an(s)
ok mais les licences promos sont un autre sport " le ping pong" qui meubles mais apporte tres peu au tennis de table.
Tu sais, yves, il en est des licences promo comme de certaines licences compétition. Y a des licenciés qui ne veulent pas faire de compétition, d'autres qui veulent bien en faire mais seulement le vendredi soir et avec peu de déplacement, d'autres encore seulement le dimanche en acceptant un peu plus de déplacement et d'autres enfin peu importe les jours et la longueur des déplacements. Ce sont des publics différents mais tous sont bien des publics ping.
Sans remettre en cause tout ce qui précède, je crois que l'on se trompe un peu de cible, la baisse des licenciés n'est quand même pas de la faute des clubs. Comme chaque année, il y a des clubs qui gagnent des licenciés et d'autres qui en perdent. Cela dépend du travail réel des responsables et d'un peu de chance aussi. Mais là, on parle de chiffres nationaux et, si baisse il y a, ce n'est certainement pas parce que tout d'un coup, tous les responsables de clubs s'en battent les c... de la licenciation.
L'année dernière, les responsables de mon précédent club ont eu une certaine forme de pression qui consistait à leur expliquer qu'il n'était pas normal d'avoir des adhérents de l'association non licenciés, c'est à dire les purs "loisirs". Inutile de dire que ces bénévoles n'ont pas besoin de ce genre de problème supplémentaire...
la censure oeuvre pas sur ce site,ayant passer une actu parlant de la politique technique mis en place par la dtn(groupe france detection...)avec justificatif et analyse,mon post n'est pas passer
d'ailleurs mon analyse n'eait pas seulement mienne mais d'un grand nombre de technicien a divers echellon(club,cd, region)
qui se pose la question du ou vas t'on
alors pour plus d'ouverture d'esprit ,il ne faut pas imprimer tout ce qui vas dans le meme sens ,d'une beatification du systeme,sans oublier la critique car c'est tj le compromis qui permet des solutions nouvelles
ou alors si le forum sert juste a raconter des anecdotes....
messieurs les censeurs,je vous salue
cpopi, c'était peut-être pas une censure mais davantage une suppression d'une actu qui n'en était probablement pas une mais qui avait pour principal (unique?) "tort" de faire doublon, triplon, ..., "énièmon" avec un sujet déjà évoqué, débattu et redébattu dans le forum. Je précise que je dis bien "peut-être". Si j'ai un conseil à te donner, il serait d'ordre pratique: retrouve donc dans le forum le topic en question. Tu pourras alors faire tes commentaires, relancer le débat en le nourrissant de réflexions nouvelles. J'y participerais volontiers si je crois avoir des choses à dire que je n'ai pas déjà dites.
Ou alors, cpopi, l'autre explication sur le non passage de ton actu est qu'elle doit être vue et validée par Armel, le webmaster, avant d'apparaître en page d'actu. Si donc Armel n'est pas là au moment où tu envoies ton actu, celle-ci demeure en attente jusqu'à son retour.
Pourquoi tant de blablas, alors que le ( les fautifs ) sont bien connus :
La fédé et les ligues qui s'en foutent royalement et qui ne servent à rien !
Pourquoi si peu de développement personnel, iverson, mais seulement un pointage du doigt et du doigt qui plus est à l'ongle le plus coupant?
Bible, à voir ton discours, tu ne dois pas être loin de ces spheres !!
Tu dois ronger tes ongles ......non ?
Bien vu, iverson, mais pour être tout à fait franc avec toi, je ne les ronge plus depuis que j'ai arrêté !
Sinon, iverson, pour répondre plus précisément à ce que tu sembles croire du pourquoi de ma façon de penser, c'est juste qu'en toutes circonstances, je m'efforce autant que possible d'essayer de considérer les choses à travers mon expérience personnelle. Ce faisant, ça change vraiment le regard . Ayant participé très directement pendant plusieurs années à la gestion et à l'administration d'un club assez important, je peux dire que les difficultés ne manquaient pas pour contrecarrer les volontés les plus farouches. Aussi, en extrapolant ce que j'ai connu à l'échelle d'une ligue ou, pire d'une fédération, je me vois mal me réduire à ne parler que d'un manque de volonté, de vision de ses acteurs pour expliquer pourquoi les choses prennent une telle tournure. Et,en tout cas, je me vois mal me rendormir dessus si jamais je me laissais aller à dire des choses aussi réductrices.
Bible, moi aussi je participe directement à la vie d'un club, ( sans doute moins important que le tien ) et c'est justement mon expérience personnelle qui me fait dire cela :
La fédé devrait aider les ligues, les ligues aider les comités et les comités aider les clubs et c l'inverse qui se passe surtout au niveau de la ligue et de la fédé !!
Pour être un peu direct, ce sont des politiciens sportifs !!

Je te promets que dans qques années quand les bénévoles actuels arréteront, ca va faire très très mal !!
Entièrement d'accord avec toi, iverson, sur le rôle décisif des bénévoles. Seulement, le bénévolat n'est pas une chose qui se décrète ou se légifère. Il est spontané ou il n'est pas? C'est une question, pour moi, plus d'ordre "philosophique" que fédéraliste. Et puis, le bénévole n'est pas forcément quelqu'un qui le serait à vie même s'il peut l'être parce que c'est dans sa nature profonde. Il peut connaître des hauts et des bas, partir, se "reposer" un temps, puis revenir ou préférer tourner carrément la page. C'est sûr que, comme tu dis très justement, si beaucoup lâchent la barre en même temps, y a gros gros risque en la demeure associative. Mais pourquoi accuser plus ceux "d'en-haut" (les dirigeants élus qui sont aussi des bénévoles) qu'oublier que l'inertie de ceux d'en-bas (les sociétaires-consommateurs) porte aussi une part sur la tournure des choses? Finalement, on est assez d'accord, iverson, sur le diagnostic et un peu moins sur le remède à porter. Ca aurait été bien, tiens, qu'on puisse travailler ensemble mais bon, on sait ce que c'est, l'homme propose et la vie dispose ...!
Quand je lis et relis tous ces commentaires sur la baisse avérée des effectifs du "ping " français et des commentaires qui s'ensuivent , je ne peux que faire une synthèse . 1° il faut dans la mesure du possible avoir un leader dans un club . Ceci constitue un élément fédérateur pour pouvoir accueuillir chaque année de nouveaux licenciés. Lorsque ce leader doit quitter le club parce qu'il est pressenti pour intégrer le groupe France Promotion son image est son passage sont encore "frais" dans les esprits et incitent d ' autres joueurs à s'inscrire. 2° Avoir un président à la hauteur lequel sache " monnayer " l'image de ce leader parti mais pas pour un autre club . 3° être un club formateur et ne penser qu'à ça sans vouloir essayer de raffler tout et de ne penser qu'à faire évoluer le "ping" pour le ping.Ces ingrédients figurent dans la recette d'un plat que beaucoup connaissent sous le nom de Saint Médard de Doulon . ( Marlène Sop , Brice Ollivier , Loïc Bobillier , Pierre Bezard et y'en aura d'autres ...)
Néofils, c'est pas une synthèse, c'est une pub !
C'est vrai, Néofils, qu'à supposer qu'on puisse remonter le temps, tu accepterais de voir évoluer dans d'autres clubs les quatre "spécimens" que tu cites, histoire de se rendre compte s'ils s'y accompliraient aussi bien qu'à la Saint-Médard-de-Doulon ?
-91 clubs pour -2102 licences ça fait 91 clubs de 23 licenciés chacun en moins Pleurer
Après avoir lu attentivement les 123 commentaires, je me decie a apporter très brievement ma pierre à l'edifice.
Jeune entraineur dans un petit club du val de marne, je constate depuis quelques annees une defection croissante de nos jeunes licencies.
Outre les facteurs inherents au ping pong contre lesquelles on ne peut rien : le ping est quand mëme moins vendeur que d'autres sports par exemple et à 16 ans ca fait moins style d'en parler au lycee ( auprès des filles quand on ets un gars notamment). Bon ça changera pas de si tôt. PAr contre des petits ajustements peuvent facilement permettre de regagner du monde. Je parle dans le cas qui me concerne : dans les championnats par equipe, l'accent est trop mis sur la perf individuelle et non sur la victoire de l'equipe : les jeunes s'en foutent très souvent du resultat final et preferent 2 perfs avec 1 defaite en equipe à 2 contres avec 1 victoire de l'equipe. C'est cette notion de collectif qui permet au foot, au volley ou a d'autres sports co de bien marcher. A ce niveau la le problème est le même pour le tennis mais je pense qu'il y a une cation a faire a ce niveau là. Dans le même ordre idée (en ce qui concerne le 94), les compétitions s'arrêtent beaucoup trop tôt : pourquoi ne pas les étaler jusqu'en juin? POur un joueur lambda (donc pas dans les meilleurs) le 15 avril cette année il était en vacances!!!!!!!
Une montee et une descente de chaque poule ca n'est pas suffisant pour motiver les joueurs. Ou est l'envie quand on sait au bout de 3 journees qu'on ne peut plus ni monter ni descendre? L'interet de la compétition c'est de croire qu'il peut toujours se passer quelquechose en bien ou en mal mais quelque chose. Un changement simple dans cette ordre d'idée (2 montees + 2 descentes) motiverait on ne peut mieux les joueurs. Je ne rentrerai pas dans les détails au niveau des brûlages a l'année alors qu'il y a deux phases, ce qui occasione a des petits clubs comme le mien des joueurs bloques dans des equipes trop faible pour eux, car si on monte un joueur, il faut en faire redescendre un autre et ça n'est pas possible. Les problèmes de vehicule pour se rendre au match quand on veut faire jouer des jeunes... ET la plus GRANDE ABERRATION et bien évidemment le système des Mutations : comment demander à un jeune joueur qui ne sait pas ce qu'il fera en terme d'études l'année d'après de choisir début juin son nouveau club !!!! Laissons au moins de 25 ans jusqu'au 15 septembre pour se décider (date a laquelle reprennent la plupart des formations!!!). POur ma part je n'ai jaamais quitté mon club non pas par choix mais par obligation! Puisque en juin il m'était impossible de savoir de quoi mon avenir était fait. Dans le même ordre d'idée je n'ai pu rejoindre l'Ua Chantier l'an dernier comme prévu. Quand j'ai appris que finalement la section seniore mourrait si je ne venais pas j'ai voulu le rejoindre et bein sûr on était le 1er septembre et on en m'en a empêche.
Voila pour quelques reflexions rapides.
Pour le côté individuel, on n'y peut pas grand chose étant donné que le tennis de table est un sport individuel. Pour les jeunes qui sont dans l'incertitude quant à leurs études, il y a les mutations exceptionnelles !
Malheureusement ça n'est pas vrai, les mutations exceptionnelles ne marchent que dans le cas de personnes changeant de résidence géographique. Mais dans la région parisienne, le temps de transport peut varier du simple au triple!! Et on n'aura pas le même temps à consacrer au ping selon qu'on est pris en classe préparatoire ou en fac de théâtre par exemple. C'est a ce niveau là que la fédé ne se rend pas compte de la réalité du monde : pour la majorité des joueurs le ping en compèt est un simple loisir et a la rigueur ils s'en foutent complètement des résultats des juniors et même des séniors dans les compets internationales!!!
Le facteur principal de la santé d'un sport, c'est le BENEVOLAT. Quelqu'un qui se sent bien dans un club ne part pas. Et les bénévoles sont à l'origine de tout ça. Ils organisent la vie du club, accompagnent les gamins en compétition, élaborent des projets et les mettent en œuvre et toute une multitude de choses qui rend la vie du club agréable. Je suis sûr que les clubs qui possèdent de nombreux bénévoles n'ont pas de problème de licenciés.
Arrêtons de dire que la FFTT est responsable de tel baisse ou tel hausse. Le nombre de licenciés dépend tout simplement de la politique menée au sein des clubs.

Je rêve d'un club où tous les adhérents seraient bénévoles et s'investiraient. Malheureusement, j'ai bien l'impression que les choses sont de pire en pire et que la race des bénévoles est en voie d'extinction. Et lorsque ce jour arrivera, on ne parlera pas de baisse de 1% mais de 30%.

Le problème est le même dans tous les sports. Peut-être que les autres sports ont plus de bénévoles ? Nous avons la chance que le tennis de table soit pratiqué par plusieurs millions de personnes et partout (écoles, camping, garage). Il ne nous reste plus qu'à faire le nécessaire pour les inciter à pousser la porte d'un club.
Quand on y regarde de plus près, la baisse n'est pas uniforme : il y a quand même une dizaine de Ligues et une quarantaine de départements en progression. Content

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire sur cet article.

Dans la même rubrique

3
11/07 - Kanak Jha Champion des Etats-Unis à 16 ans !
18
13/06 - Tournoi de sélection CEJ à l'INSEP les 13 et 14 juin 2016
3
04/06 - Coupe d'Amérique Latine au Guatémala du 3 au 5 juin 2016
2
02/06 - Tournoi des 6 nations Cadets à Tours les 3,4 et 5 juin
3
31/05 - Match de barrage mardi soir aussi chez les dames
185
29/05 - Match de barrage entre Villeneuve et Istres en REPLAY
39
20/05 - Finales par équipes nationale 1 , 2 et 3 dames et messieurs
10
29/04 - Nakeel ITTF 2016 - Asian Cup du 28 au 30 avril à Dubaï
24
12/04 - Adrien Mattenet à Villeneuve !
10
01/04 - Après les manches, après la balle, la table ?